Apprivoiser l’anxiété de séparation

Espace Chien 3Par Amélie Bourdon, M.C.P.
Spécialiste en comportement canin chez Espace Chien
Membre de l’APDT
Instructrice et évaluatrice pour le programme « My Dog has C.L.A.S.S. »

29 février 2016 – Votre chien vous suit partout dans la maison. Il ne supporte pas votre absence et aboie lorsque vous quittez le domicile. Ce comportement vous a peut-être même valu des plaintes de la part du voisinage.

Pendant votre absence, s’il est libre comme l’air dans la maison, l’animal s’attaque à la porte d’entrée ou aux fenêtres. Mais s’il se trouve dans une cage, il se transforme en magicien, tel Houdini, au point que vous devez la verrouiller avec des clips d’escalade, des attaches ou un cadenas.

Ce comportement canin s’appelle l’anxiété de séparation. Il se produit quand votre chien est « hyper attaché » à vous ou à d’autres personnes. Bien que cette problématique puisse être multifactorielle, elle est souvent identifiée aux chiens qui vivent avec des personnes retraitées ou des travailleurs à domicile. L’animal finit par s’habituer à leur présence assidue, si bien qu’il devient anxieux lorsque qu’elles quittent momentanément leur résidence.

Les causes de l’anxiété

Cette forme de détresse s’explique par une anxiété accrue, laquelle atteint un pic après 30 minutes. Le stress est tellement intense qu’un chien fera tout ce qu’il pourra pour vous rejoindre. Il sortira de sa cage et s’attaquera aux différentes issues potentielles, par exemple la porte d’entrée ou les fenêtres. Il peut également chercher à se rassurer en mâchant des objets portant votre odeur, dont la télécommande ou vos chaussures. Ce stress vécu par l’animal s’accompagne d’une envie subite de faire ses besoins, en raison d’une incapacité à se retenir. Plusieurs propriétaires pensent que le chien se venge en agissant ainsi. Mais il n’en est rien.

Ne le punissez pas

German Shepherd sad

En pareille circonstance, bien des gens ont le réflexe de punir leur animal. Cette réaction est tout à fait normale. Malheureusement, elle ne fait qu’accroître son niveau de stress.

Gérez l’environnement

Avant de quitter votre résidence, laissez des lumières allumées, tout autant que la radio ou la télévision. Ainsi, vous atténuerez cette impression de vide et de silence quand vous n’y êtes pas. Et trente minutes avant le départ, ne donnez plus d’attention à votre animal. Ne lui parlez pas, ne le touchez pas, ne le regardez pas. Faites comme s’il n’était pas là.

Vous pouvez enduire un jouet de beurre d’arachides congelé, puis le donner à votre chien. Cela l’occupera et lui changera les idées en votre absence. Au retour, faites comme avant le départ: ignorez-le pendant 30 minutes. S’il a fait des dégâts, ne les ramassez pas tout de suite.

Un spécialiste à la rescousse

Pour les chiens dont l’anxiété de séparation est de faible intensité, la gestion de l’environnement est bien souvent suffisante pour résoudre le problème. Dans les cas plus complexes, il faut demander l’aide d’un spécialiste en comportement canin. Assurez-vous que celui que vous avez choisi a suivi une formation dans ce domaine, et qu’il ne préconise pas d’approches répressives comme le collier étrangleur, le collier à chocs ou le collier à citronnelle

Ces méthodes peuvent améliorer la situation à court terme, mais ne feront qu’empirer les choses à long terme. Pour éradiquer plus efficacement l’anxiété de séparation, votre spécialiste en comportement canin devrait travailler conjointement avec votre vétérinaire. Ainsi, vous obtiendrez un soutien beaucoup plus efficace pour atteindre cet objectif.

Ne vous découragez pas et soyez persévérant. Avec le temps, l’anxiété de séparation s’estompera et votre chien cessera ses comportements déplaisants.

Photo 2: Dollar Photo Club/Brebca

Tous droits réservés
Vous aimez cet article? Aimez-nous sur Facebook.