Adieu Moka

Par Nicole Patricia-Roy

12 novembre 2018 — Ce que je craignais le plus est arrivé vendredi : j’ai dû prendre la décision de mettre fin à la vie de ma petite chienne Moka. Ces derniers temps, elle buvait beaucoup plus qu’à l’accoutumé. Ma vétérinaire m’a appris qu’elle était diabétique. Le traitement pour cette maladie aurait nécessité deux piqûres par jour, en raison de son âge (15 ans). Je n’ai donc pas voulu lui imposer ça. Ni à moi, car cela aurait été d’une lourdeur lancinante.

Lire la suite

Charlie nous a quittés le 5 novembre

7 novembre 2018 — Le 5 novembre a été marqué par le décès de Charlotte, alias Charlie, qui a rendu l’âme à 17 ans et demi. Elle était la fidèle compagne de ma compagne. Sa complice en toute circonstance. Une chatte discrète, mais combien attachante par sa gentillesse dépourvue de malice J’expérimente la mort d’un félin pour la troisième fois, et je dois dire que l’euthanasie me laisse un goût étrange en bouche.

Lire la suite

La zoothérapie n’enraye pas toujours la peur du dentiste

Par Sylvie Lamoureux
Zoothérapeute
Membre de l’Association des naturopathes
professionnels du Québec (ANPQ)

23 octobre 2018 — Lorsque j’ai vu ce bel enfant arriver à la clinique dentaire, armé de bonnes intentions, gonflé à bloc et désireux qu’on lui enlève des caries qui ne pouvaient plus attendre d’être traitées, j’étais moi aussi gonflée d’espoir.

Lire la suite

L’hippothérapie pour traiter le Trouble du spectre du l’autisme

Par François G. Cellier

13 octobre 2018 – Le cheval s’avère un excellent « thérapeute à quatre pattes. » Les bienfaits qu’il procure se manifestent à plus d’un titre, notamment par l’hippothérapie, pour traiter le Trouble du spectre de l’autisme (TSA) chez les enfants. Pour peu qu’ils s’y intéressent, cette approche stimule leurs fonctions neuromotrices et sensorielles.

Lire la suite

Animaux interdits en logement: elle peut quand même garder son chat

Par François G. Cellier

22 septembre 2018 — Une jeune fille a pu garder son chat à des fins de zoothérapie, chez elle, même si la présence d’animaux est interdite dans l’immeuble où elle habite. Cette histoire s’inscrit dans une série d’autres jugements passés, qui ont démontré que l’engagement contractuel, au moyen d’un bail, ne fait pas toujours foi de tout.

Lire la suite