Stérilisation accrue à la SPCA

Gabrielle Carrière27 mars 2015 – La SPCA de Montréal a officiellement inauguré, cet avant-midi, sa Clinique vétérinaire de stérilisation ciblée permanente Mittens. Elle s’adresse aux « gardiens d’animaux » qui, par exemple, disposent de ressources financière limitées ou accueillent des animaux errants. Ils pourront ainsi faire stériliser leurs chiens et chats, et ce, pour environ la moitié du prix proposé dans une clinique ou un hôpital vétérinaire.

Surpopulation

Les animaux abandonnés pullulent à Montréal et au Québec en général, comme en font foi les 14 000 qu’accueille la SPCA de Montréal chaque année. Pour Gabrielle Carrière, qui y travaille comme vétérinaire en chef, cette clinique offre une solution avantageuse aux personnes qui en ont besoin. « En fait, elle représente une étape cruciale pour parvenir à contrôler la surpopulation d’animaux au Québec, et afin d’améliorer leur bien-être », dit-elle.

Cette clinique va permettre de sauver des vies et aidera à maintenir plusieurs familles unies », a affirmé pour sa part Nicholas Gilman, directeur général à la SPCA de Montréal. Les employés et bénévoles qui travaillent au sein de cet organisme attendaient ce jour depuis longtemps. « Nous stérilisons actuellement une vingtaine d’animaux par jour, mais notre objectif vise à doubler ce nombre quotidiennement », d’ajouter Gabrielle Carrière.

Souvent interdits

Plusieurs facteurs expliquent l’abandon d’animaux au Québec, par exemple la période des déménagements, pendant laquelle la SPCA en reçoit trois fois plus dans son refuge. Il faut savoir que plusieurs propriétaires d’appartements les interdisent dans leurs baux résidentiels. Gardienne d’un chien, Gabrielle Carrière avoue, elle-même, avoir éprouvé des difficultés à trouver un appartement où la présence canine était permise. Chercher un logement peut être éprouvant pour les propriétaires de chats, et le sera davantage s’il s’agit d’un chien.

SPCA - Clinique permanenteD’autres personnes abandonnent leurs animaux après être tombées malades, en raison de changements imprévisibles dans leur vie ou parce qu’elles viennent d’accoucher. Il existe également des gardiens d’animaux qui n’en veulent plus, faute d’avoir eu en main toute l’information nécessaire avant d’en adopter un. « Avoir un animal implique plusieurs responsabilités », d’ajouter Gabrielle Carrière.

Ce n’est certes pas demain, la veille, qu’il y aura pénurie d’animaux de compagnie abandonnés au Québec. Il faudra changer les mentalités avant qu’un tel scénario ne se produise, dit-on à la SPCA de Montréal. Rappelons que cette clinique a pu être mise en place grâce à un don anonyme. Elle a été baptisée Mittens en l’honneur du chat bien-aimé de la donatrice. Quant aux équipements médicaux, ils ont été fournis à la mémoire de Fluffster, « son autre chat adoré ».

Photo 1 et 2: Gabrielle Carrière, vétérinaire en chef à la SPCA + Nouvelle Clinique de stérilisation ciblée permanente Mittens de la SPCA de Montréal.

Crédit photo: marilouphtographe.com

Si vous aimez cet article, aimez-nous sur Facebook.
Tous droits réservés