Chrystine Brouillet et les chats (bis)

038Par François G. Cellier

26 mars 2015 – « Les félins comprennent beaucoup plus de choses que l’on ne pourrait l’imaginer », croit fermement Chrystine Brouillet. Elle en a pour preuve Violetta, sa chatte actuelle, qui ne manifestait aucun intérêt (dans la maison) pour Olympe, une siamoise qui a succombé à un cancer l’an dernier. Mais à l’extérieur, Violetta la protégeait des prédateurs. « En fait, elle agissait comme une grande sœur et la prenait sous son aile », nous dit Chrystine Brouillet.

Protectrice

Violetta s’est toujours chargée de la sécurité d’Olympe. Combien de fois s’est-elle battue avec des ratons laveurs pour des considérations territoriales, quitte à en revenir meurtrie? Et quand la petite s’égarait chez le troisième voisin, Violetta allait la chercher pour la ramener à la maison. Idem quand elle se retrouvait perchée sur un toit, incapable d’en redescendre. Violetta lui montrait le chemin pour retrouver la terre ferme, par le truchement des arbres environnants.猫と桜

« Pour tout dire, les chats sont des animaux intelligents, et parfois même plus que certaines personnes », poursuit Chrystine Brouillet, bien que selon elle, il en existe des moins futés que d’autres. C’est la même chose chez l’humain. Elle se souvient d’avoir eu deux chats très gentils, mais pas trop vifs d’esprit. En revanche, Olympe était très brillante, tout autant que Violetta peut l’être. « Elle a un vocabulaire et comprend ce qui se passe autour d’elle », de dire Chrystine Brouillet.

Stratagème

Le rituel du brossage en illustre un parfait exemple. C’est d’ailleurs ainsi qu’elle a pu apprivoiser Violetta. Il faut savoir que chez Chrystine Brouillet, il se trouve une brosse dans la chambre d’amis, mais aussi un grand peigne dans la salle de bain. Pour obtenir des séances de brossage, Violetta se place à mi-chemin entre ces deux pièces, qui représentent les deux options possibles pour obtenir ce qu’elle veut, et ce, le plus souvent possible.

Valentin (un abyssin) est l’un des autres chats très intelligents qu’a eu Chrystine Brouillet. Il lui a d’ailleurs inspiré le polar intitulé Les neuf vies d’Edward, dans lequel un chat qui porte le même nom cherche un mari pour Delphine, l’héroïne du récit. Peut-on imaginer pareil scénario dans la vraie vie? À tous le moins, il est permis d’affirmer, sans trop se tromper, qu’un animal puisse trouver l’âme-sœur pour son maître.

Un cas vécu

sleeping catChrystine Brouillet cite en exemple Geneviève Lefebvre, une amie à la fois romancière, scénariste et chroniqueuse, qui a récemment publié Va chercher L’insolite destin de Julia Verdi. Dans ce livre, l’auteure s’est inspirée de sa propre histoire à travers un personnage fictif, qui découvre l’amour de sa vie grâce à sa chienne. « Quand son amoureux est venu chez elle la première fois, l’animal est immédiatement allé s’asseoir sur lui », raconte Chrystine Brouillet.

L’intuition animale est souvent perçue comme un baromètre. Cette histoire en donne une preuve. Les animaux qui ne peuvent encadrer quelqu’un, et qui s’en tiennent loin, peuvent avoir une bonne raison d’agir ainsi. « En pareille circonstance, j’ai toujours tendance à me demander pourquoi un animal se comporte de cette façon? », nous dit Chrystine Brouillet. À moins qu’il ne s’agisse, tout simplement, d’une incompatibilité de caractère. Quoi qu’il en soit, les animaux ont des dons extrasensoriels irréfutables. Rien que pour cela, ils méritent le respect, les attentions requises et un amour inconditionnel.

D’autres articles sur Chrystine Brouillet sont disponibles sur ce site:
L’émotion féline
Une inconditionnelle des chats

Photo 2: Dollar Photo Club/makieni
Photo3: Dollar Photo Club/Photo 2/kat Amaximenko

Tous droits réservés
Vous aimez cet article? Aimez-nous sur Facebook.