Zoothérapie ou zoo-animation?

Best friendsPar Sylvie Lamoureux, Zoothérapeute
Membre de l’Association
des naturopathes professionnels du Québec (ANPQ)

Texte rédigé par François G. Cellier

19 octobre 2015 — Tracer une ligne entre la zoothérapie et la zoo-animation n’est pas toujours évident. D’ailleurs, plusieurs nouveaux clients que je rencontre ne font pas la nuance entre les deux.

Je m’explique : quand j’interviens dans un milieu donné avec ma partenaire à quatre pattes (Agathe), notre présence génère, bien souvent, des attroupements d’individus que nous n’avions pas vu venir. Or, ces regroupements de curieux favorisent la communication entre eux.

Une diversion

En résidence pour aînés, à titre d’exemple, Agathe crée une distraction qui vient briser la routine. Plusieurs personnes sont attirées vers elle, car cet animal fait resurgir des émotions tantôt heureuses, tantôt mélancoliques. Dès lors, la boîte noire qui contient la mémoire du passé s’ouvre, et la magie commence à opérer.

Pendant ces moments inoubliables, je reste muette la plupart du temps. J’ouvre mon cœur et écoute ce qui se dit, même si mon mandat ne consiste pas à intervenir auprès de ces gens. Plusieurs s’abandonnent au partage d’histoires vécues dans un passé plus ou moins lointain, ou à la révélation d’anecdotes savoureuses.

Quelques instants plus tard, ces mêmes personnes se demandent ce qui a bien pu les pousser à s’ouvrir ainsi? Est-ce la présence du chien qui les a incités à la confidence? Au fait, s’agissait-il de zoothérapie ou de zoo-animation? Hum… Difficile à dire selon moi! Quoi qu’il en soit, ces épisodes sont extrêmement enrichissants.

Partager des émotions

Agathe 10En fait, il faut voir dans ces attroupements une pause, un arrêt sur image pendant lequel des êtres humains partagent des émotions, sans pour autant avoir peur du jugement. Cela est rendu possible grâce à la spontanéité, à un abandon à la fois amusant et rassurant.

Pendant ces rencontres, des personnes s’échangent des clins d’œil et deviennent complices. Si Agathe n’avait pas été là, rien de tout cela ne se serait produit. Pour tout dire, ces moments particuliers atteignent leurs objectifs, avec ou sans la zoothérapie ou la zoo-animation.

Quoi qu’on en dise, au final, les résultats sont probants. Ces expériences permettent de vivre le moment présent pour lui donner un sens. Tout cela aura des retombées bénéfiques pour ceux qui désirent se refaire une santé émotionnelle.

Carpe Diem! (vivre l’instant présent, saisir le jour)

Pour accéder aux autres chroniques de Sylvie Lamoureux, ainsi qu’à des vidéos qui traitent de la zoothérapie sur Réalité Animale, cliquez sur les liens suivants:
Zoothérapie et bien-être absoluLes bienfaits de la zoothérapieZoothérapie: le chien idéalZoothérapie chez le dentiste: une approche novatriceVidéo: La zoothérapie chez le dentisteVidéo: L’autisme et la zoothérapie

Photo 1: Dollar Photo Club/Bucaniere
Photo 2: Agathe

Tous droits réservés
Vous aimez cet article? Aimez-nous sur Facebook