Déménagements massifs en vue

Maine Coon kitten in carton box19 avril 2017 — Les Québécois déménageront massivement d’ici quelque temps. Pendant ces nombreux déplacements d’un logement locatif à l’autre, plusieurs locataires se voient forcés d’abandonner leurs animaux de compagnie, faute de pouvoir emménager avec eux dans leur nouvel appartement.

Résultat : la SPCA de Montréal accueillera trois fois plus d’animaux domestiques qu’à l’accoutumée. Chaque année, cet organisme loge 15 000 animaux dans son refuge. Mais pendant la période des déménagements, elle en accueille 1600 par mois, au lieu des 600 habituels. Ses dirigeants déplorent que le projet de loi 54, qui vise l’amélioration de la situation juridique de l’animal au Québec, ne comprenne aucune mesure interdisant les clauses qui proscrivent les animaux dans un bail résidentiel. La France et l’Ontario figurent parmi les législations qui ont adopté cette mesure.

De son côté, la Corporation des propriétaires immobiliers du Québec (CORPIQ) approuve la position actuelle du gouvernement, qui maintient le droit (libre-choix) aux propriétaires d’appartements locatifs d’interdire, s’ils le désirent, la présence d’animaux domestiques dans leurs logements locatifs. Cette décision s’appuie sur divers argumentaires, dont les comportements irresponsables observés par certains gardiens d’animaux, qui génèrent des troubles de voisinages, mais aussi des dommages parfois coûteux infligés aux unités locatives.

La SPCA rappelle qu’il existe des ressources, au Québec, pour faciliter la recherche d’un logement locatif permettant la présence d’animaux.

Photo 2: Andrey Kigmin
Vous aimez cet article? Aimez-nous Facebook.

Tous droits réservés