Zoothérapie : le chien idéal (2e partie)

Zoothérapie - Le chien idéalPar Sylvie Lamoureux
Zoothérapeute
Membre de l’Association des naturopathes
professionnels du Québec (ANPQ).

Texte adapté par François G. Cellier

29 mars 2017 — Les chiens destinés à la zoothérapie ne subissent pas d’entraînement en obéissance stricte. Cela me convient parfaitement, car ainsi, mes futurs partenaires à quatre pattes maintiendront un petit côté candide. Ils continueront à chercher, à fouiller et à découvrir ce qui se trame dans leur environnement immédiat.

Ces chiens deviendront aussi ma principale source d’information, ce qui permettra une bonne évaluation préalable du client à aider, avant que ne commence une séance de zoothérapie. La plupart du temps, ils perçoivent le niveau d’émotions et de stress ressenti par un client. Cela m’aide à ajuster l’angle d’approche pendant les premières minutes, qui sont cruciales à la mise en place d’une bonne séance, afin d’obtenir des résultats optimaux.

Faire bonne impression

On n’a pas deux chances de faire une bonne première impression, dit un vieil adage. En d’autres termes, il faut gagner très vite la confiance du client, pour qu’il collabore pleinement et que j’obtienne les résultats escomptés. Mais alors, pourquoi imposer à mes chiens des entrainements lors d’expositions canines, me demanderez-vous? Cette pratique n’entre-t-elle pas en contradiction avec les principes mêmes de la zoothérapie? Possible. Il reste que ces événements participent à consolider ma relation avec l’animal, de sorte que nous nous comprenions mieux et performions davantage, en raison d’une communication qui passe par le langage corporel.

Zoothérapie - Le chien idéal (2)Ces expositions nous offrent, en outre, des occasions de partage autrement qu’en zoothérapie. C’est ce que j’appelle travailler ensemble tout en s’amusant. Il faut accorder ces petits plaisirs à l’animal, qui en ressentira les bienfaits à plus d’un titre, ne serait-ce que pour lui permettre de garder la forme physique grâce à la marche en laisse, la position fixe au sol ou sur une table. Ces moments lui fournissent également des opportunités de socialiser, advenant qu’il se fasse toucher par des inconnus, par exemple le juge qui préside une exposition. Il pourra aussi entrer en contact avec d’autres chiens. En somme, ces rencontres avec les autres lui apprennent à être patient et à devenir un bon citoyen canin.

Gestion du stress

Autre avantage des expositions canines : un chien devra y apprendre à gérer le stress ambiant, qui émane de ses semblables ainsi que de leurs maîtres. Avant d’entrer dans le ring où il doit être jugé selon divers critères, l’animal doit également gérer son propre stress, ainsi que celui de son maître en qui il a normalement confiance. Il lui faut également rester calme et en contrôle, bref adopter une attitude professionnelle. Au final, le duo que nous formons sera extrêmement fort et irréprochable en toute circonstance.

Apprendre à travailler en symbiose avec son animal, tout en s’adonnant à des activités communes, nous permet d’acquérir l’expérience et la confiance mutuelle dans différentes situations de vie. Le chien n’en sera que plus confiant et plus stable en société, quoiqu’il arrive, ce qui rassurera son maître.

Des chiens plus complets

Depuis que je participe à des expositions canines avec mes chiens, leur attitude ne s’en porte que mieux. Ils aiment cette activité, si bien qu’ils deviennent plus complets. Il faut se rappeler que si nous gagnons dans le ring, cette victoire se transposera lors d’interventions en zoothérapie.

Zoothérapie 11Bien qu’elles ne soient pas essentielles aux chiens qui font de la zoothérapie, les expositions canines représentent, pour moi, une manière d’exceller dans la vie quotidienne et au travail. C’est un peu comme aller s’entrainer pour être plus performant et augmenter son degré d’endurance. Ces expositions symbolisent une hygiène de vie, en quelque sorte. Mes chiens et moi-même en ressortons plus forts, ce qui ne sera que profitable à ma clientèle.

Pour accéder aux autres chroniques de Sylvie Lamoureux, cliquez sur les liens suivants, ainsi qu’à des vidéos qui traitent de la zoothérapie sur Réalité Animale:
Zoothérapie et bien-être absoluZoothérapie ou zoo-animation?Les bienfaits de la zoothérapieZoothérapie: le chien idéalZoothérapie chez le dentiste: une approche novatriceVidéo: La zoothérapie chez le dentisteVidéo: L’autisme et la zoothérapie

Tous droits réservés.
Vous aimez cet article? Aimez-nous sur Facebook.
Pour lire la première partie de cette chronique, cliquer ici.

Photo 1: Noriko Mineo
Photo 2: Marilou Guérit
Photo 3: pipsimv