Jouer avec son chat en trois étapes

Éduchateur 6

Par Daniel Filion
Consultant en comportement félin chez Éduchateur

10 avril 2016 — La plupart des chats aiment jouer. Dans un monde idéal, ils devraient s’adonner à cette activité au moins deux fois par jour, pour un total d’environ 10 à 20 minutes par épisode, selon qu’il s’agisse d’un chaton ou d’un chat adulte.

Seul ou accompagné

Les félins domestiques ont deux options pour s’amuser à l’intérieur : le faire seul ou avec quelqu’un. Dans le premier scénario, ils chercheront à se distraire avec les jouets dont ils disposent, par exemple des souris qui se retrouvent bien souvent sous les meubles, les fauteuils ou le frigo. Dans la seconde situation, ils le feront en mode interactif.

Cela dit, sachez que le jeu en solo ne devrait pas exclure l’approche interactive. En d’autres termes, l’un ne va pas sans l’autre. À ce propos, je fais souvent l’analogie suivante : l’animal qui joue seul équivaut, pour nous les humains, à aller jouer aux quilles ou au billard. L’activité physique est très modérée, si bien qu’un chat ne dépense pas beaucoup d’énergie.

En revanche, une session de jeu interactive l’oblige à être plus dynamique, donc à déployer davantage d’efforts physiques. On pourrait comparer ce niveau d’intensité à l’énergie qu’il faut consentir pour jouer au hockey ou au soccer. Or, à l’instar du léopard, les chats ont le tempérament d’un « sprinter », c’est-à-dire qu’ils peuvent courir vite, mais sur une courte distance.

Comment jouer avec un chat

Cute domestic kitten looking up, outdoor

Il existe une technique du jeu à préconiser avec son chat. Elle se décline en trois étapes. Chez Éduchateur, nous l’exposons dans toutes nos conférences. Dans un premier temps, il faut lui permettre, au moins une fois sur trois, d’attraper la proie qu’il convoite. Vous reproduirez, ainsi, la réalité vécue dans la nature par tout félin qui se respecte. En sachant que son jouet n’est pas infaillible, l’animal fournira les élans nécessaires pour lui mettre le grappin dessus.

Plusieurs personnes ne donnent jamais l’occasion à leur animal de gagner, ce qui est une erreur, car il finira par se lasser au bout d’un moment. Il ne faudra donc pas s’étonner qu’à la longue, votre chat ne réponde plus aux invitations de jouer avec le « bâton bibitte ».

L’animal pourrait même manifester ce que l’on appelle une agressivité redirigée. Cela se produit, parfois, lorsqu’une personne utilise des accessoires plus ou moins recommandés, dont le pointeur au laser. Devant son incapacité à neutraliser le point lumineux, qui va bien souvent beaucoup trop vite, il pourrait éprouver une certaine frustration et mordre quelqu’un par la suite.

Moduler le rythme

Secundo, lorsque le chat attrape la proie, il faut varier les mouvements du jouet, soit en le faisant bouger, soit en l’immobilisant. Quand l’objet (en l’occurrence un faux insecte) est inerte, bien souvent, le chat lève la patte pour savoir s’il a tué sa victime. C’est à ce moment que vous devriez lui redonner vie, pour que le jeu reprenne de plus belle.

Junge Katze mit Marienkäfer, auf grüner WieseTertio, soyez intense au début d’une séance consacrée au jeu, mais ralentissez la cadence vers la fin. Cela traduira un scénario on ne peut plus logique, à savoir qu’après plusieurs minutes de chasse effrénée, la proie sera beaucoup moins vigoureuse qu’elle ne l’était initialement. Vous apprendrez ainsi à votre chat à se calmer et à freiner ses ardeurs.

En répétant le rituel du jeu quotidiennement, vous comblerez ses instincts de chasseur. Rappelez-vous qu’un milieu hypostimulant peut être très ennuyeux pour lui. Mieux vaut chercher à l’occuper, ce qui ne pourra que le rendre plus heureux.

Dans ma prochaine chronique, j’aborderai notamment la question des jouets que les chats préfèrent.

Photo 2: Dollar Photo Club/ Igor Mojzes
Photo 3: Dollar Photo Club/Konstiantyn

Pour accéder à la première chronique de Daniel Filion sur Réalité Animale, ainsi qu’à d’autres textes dans lesquels il intervient ou il est cité, cliquer sur les liens suivants:
L’ABC du comportement félin
Gare à l’anthropomorphisme
Des sens à fleur de peau
Votre chat est-il TOC?
Dégriffage: une question d’éducation
Le café du chat voir

Tous droits réservés
Vous aimez cet article, aimez-nous sur Facebook