Le dilemme de l’euthanasie

cc834212-8273-4a17-b4ce-d3e352bd8bad

Par François G. Cellier

4 juillet 2016 — Moment fatidique qui bouleversera l’existence du propriétaire d’un animal, l’euthanasie confirme une certitude, à savoir que nous sommes tous mortels. Mettre fin à la vie de son fidèle compagnon nous rappelle, aussi, à quel point l’attachement entre les êtres humains et les animaux peut être puissant.

Lire la suite

Lapins 101

Clapier 101 Lapins 3Par François G. Cellier

2 avril 2017 — En cette période pascale, adopter un lapin ou en offrir en cadeau est monnaie courante. Or, il vaut parfois mieux s’en tenir aux lapins en chocolat, sous peine de le regretter amèrement.

Lire la suite

Le projet de loi no 54 est adopté

Doggy Café 8Par François G. Cellier

4 décembre 2015 — La nouvelle était attendue depuis longtemps. Voilà qui est maintenant chose faite : l’Assemblée nationale vient d’adopter le projet de loi no 54, qui vise l’amélioration de la situation juridique de l’animal..

C’est donc dire qu’une nouvelle loi provinciale, destinée exclusivement au bien-être animal, vient remplacer les dispositions actuelles contenues dans la Loi sur la protection sanitaire des animaux. Le Code civil du Québec sera également modifié, afin que nos animaux soient désormais reconnus comme des êtres doués de sensibilité avec des impératifs biologiques

Lire la suite

Un gilet Baltic pour chats

Capitaine

5 mai 2015 — Le bien-être des animaux se raffine sans cesse, plus particulièrement celui des chiens et des chats. Jour après jour, la planète animale fait preuve d’originalité, ce qui permet d’apporter des solutions tout aussi novatrices les unes que les autres.

J’en ai pour preuve l’entreprise suédoise Baltic, qui fabrique des gilets de flottaison pour les humains et les chiens. Il y a quelques années, elle a décidé d’élargir son spectre pour l’adresser à un autre type de clientèle, soit les chats.

Lire la suite

Un os pour Amos

Valérie Martin-Lemoyne26 octobre 2015 — La présence animale en milieu thérapeutique porte ses fruits. L’Institut de Réadaptation Gingras-Lindsay de Montréal (IRGLM) le vérifie, depuis un an et demi déjà, au moyen d’un chien de réadaptation appelé Amos.

L’animal est devenu le porte-étendard d’une campagne de financement (Un os pour Amos) qui démarre aujourd’hui même. La Fondation de l’IRGLM souhaite, ainsi, amasser des fonds pour participer à divers projets de recherche.

Lire la suite